Retour en haut
Une offre de formation complète en Ressources Humaines Responsables

Santé au travail : des inégalités entre les femmes et les hommes

Les hommes et les femmes sont-ils égaux face à la santé au travail ?
Telle a été la question de départ de l’étude menée par l’ANACT (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail) et publiée en mars 2017, sur les accidents du travail, de trajets et les maladies professionnelles en France entre 2001 et 2015.

L’inégalité entre les hommes et les femmes sur la santé au travail s’explique en partie par des conditions de travail différentes entre les 2 sexes.

Baisse globale des accidents du travail, mais pas chez les femmes

Entre 2001 et 2015, les accidents du travail avec arrêt ont baissés de 15.3%.
Bien que les hommes soient deux fois plus touchés par les accidents du travail, ceux-ci ont augmentés de 28% chez les femmes en 14 ans. Dans le même temps, le nombre d’accidents de travail chez les hommes a diminué de 28.6%.
Concernant les accidents de trajets, ils suivent la même évolution : en baisse chez les hommes et en progression chez les femmes. Enfin, les maladies professionnelles (majoritairement les Troubles Musculo-Squelettiques) progressent chez les deux sexes, mais deux fois plus rapidement chez les femmes.

Les femmes davantage concernées, quel que soit le secteur d’activité

Il apparaît également que les secteurs d’activités mixtes ou à prédominance féminine (banque, assurance, administration, santé, commerce non-alimentaire etc), sont plus concernés par la hausse des accidents du travail chez les femmes.
Mais ce sont dans les secteurs à prédominance masculine (BTP, transport, eau, gaz, électricité etc.) que les écarts sont les plus importants : baisse des accidents du travail chez les hommes, contre une forte hausse chez les femmes.

Des conditions d’emploi différentes qui affectent la santé

Selon l’Anact, les 4 facteurs qui justifieraient ces écarts sont :

  • La mixité : les hommes et les femmes ne sont pas répartis également dans les secteurs d’activité et les métiers. Ce qui explique l’exposition différente aux accidents de travail.
  • Le travail : certains risques ou pénibilités sont moins visibles et considérés comme « légers » ; ainsi, ils sont moins pris en compte, voir sous-évalués.
  • Le parcours : n’ayant pas les mêmes perspectives d’évolution que les hommes, les femmes sont davantage exposées à l’usure professionnelle.
  • Le temps : les hommes et les femmes n’ont pas les mêmes contraintes en matière de conciliation vie privée / vie professionnelle.

Rapprocher santé au travail et démarche d’amélioration de la QVT

L’étude de l’ANACT reflète la nécessité de traiter la santé au travail et l’égalité professionnelle dans une démarche plus globale d’amélioration de la Qualité de Vie au Travail (QVT).
La vision de JLO Conseil sur la QVT s’articule autour de 4 piliers fondamentaux que sont : Mieux anticiper, Mieux vivre ensemble, Mieux se réaliser et Mieux travailler. Ces 4M permettent aux consultants de JLO Conseil d’accompagner leurs clients sur l’ensemble des composantes de la QVT :

En savoir plus la vision de JLO Conseil sur la QVT