Retour en haut
Une offre de formation complète en Ressources Humaines Responsables

Comment les « territoriaux » jugent l’intégration des travailleurs handicapés

Capture jardiniers communauxPerception justifiée de la progression de l’accueil des travailleurs handicapés au sein de la fonction publique territoriale mais encore déclarée insuffisante, surtout de la part des catégories B et C.

 

La Gazette des communes a constitué un panel de fonctionnaires territoriaux qu’elle interroge sur l’actualité des politiques publiques et du statut de la fonction publique, constituant ainsi le « baromètre des territoriaux ».

Récemment, les fonctionnaires territoriaux ont donné leur avis sur l’intégration des travailleurs handicapés et les « efforts » faits par leur employeur public.

Il faut dire que nous sommes en peine période de déclaration obligatoire d’emploi des travailleurs handicapés pour la fonction publique. Les employeurs publics ont en effet jusqu’au 31 mai pour remplir et envoyer leur données chiffrées sur la plateforme du FIPHFP ou depuis le site Internet de la Caisse des Dépôts.

 

Deux informations ressortent du baromètre publié de la Gazette des Communes :

53% des fonctionnaires pensent que les collectivités territoriales ne font pas assez d’efforts.

C’est mieux qu’en 2011, où ils étaient 63%.

Il est vrai que le gain de l’emploi des travailleurs handicapés est incontestable durant cette période : avec un taux de 6,22% en 2015, la fonction publique territoriale atteint l’objectif fixé par la loi de 2005. Ce qui n’est pas le cas pour la fonction publique hospitalière (5,41%) ou la fonction publique d’État (4,18%).

Les fonctionnaires territoriaux se positionnent différemment selon leur catégorie : 49% des agents de catégorie A pensent que leur administration ne fait pas « assez d’effort » pour intégrer des travailleurs handicapés, alors qu’ils sont 59% en catégorie B et 66% en catégorie C.

On peut expliquer cette différence par les formations et sensibilisations éventuellement déjà effectuées auprès des catégories d’encadrement, qui sont en position d’accueil et d’intégration des nouveaux agents en situation de handicap, de même qu’ils peuvent avoir connaissance de situations d’handicaps invisibles, inconnues par leurs collègues.

Si l’on compare le taux d’emploi des travailleurs handicapés du secteur privé (3,3%, voir notre article sur le sujet ) et du secteur public, on voit un écart significatif en faveur des fonctions publiques, même si la loi initiale de 1975 ne les concernaient pas et que le système de contribution (via le fonds FIPHFP) n’a été mis en place qu’en 2005 ; une des raisons est sans doute la position hors concurrence du secteur public, où en revanche,  il existe des systèmes de gestion RH plus complexes : la hiérarchie administrative plus importante rend souvent plus longues et difficiles les procédures de maintien dans l’emploi ou de recrutement.

Publié le 13 mai 2016 - Handicap