Retour en haut
Une offre de formation complète en Ressources Humaines Responsables

Les seniors davantage concernés par le temps partiel

Publiée le 1er août 2017, une étude de la DARES s’intéresse à l’emploi à temps partiel au sein de la tranche d’âge dite « senior ». Au-delà du facteur « âge », il apparaît que la probabilité d’être à temps partiel en fin de carrière pour raisons de santé varie sensiblement selon les catégories socio-professionnelles.

23 % des salariés seniors travaillent à temps partiel, contre 18 % des 30-54 ans

Le temps partiel chez les seniors : une contrainte plutôt qu’un choix

En France en 2016, 15.4% des salarié.e.s étaient âgé.e.s entre 55 et 64 ans. Selon la DARES, cette tranche de la population active est considérée comme seniors.
Selon l’étude, toutes choses égales par ailleurs, les salarié.e.s seniors ont 1.5 fois plus de probabilité de travailler à temps partiel que les 30-54 ans, et ce, indépendamment du genre (femme – homme).

Une contrainte plutôt qu’un choix : 40% d’entre eux déclarent ne pas avoir la possibilité de travailler plus avec leur emploi actuel, et 14% sont à temps partiel pour raisons de santé.

Seuls 20% des seniors ont choisi leur temps partiel pour disposer de plus de temps libre.

Ainsi, plus de 40% des seniors occupent un emploi dont la durée est inférieure ou égale à un mi-temps (50% du temps de travail).

Temps partiel pour des raisons de santé : les ouvriers davantage touchés

Bien que le recours au temps partiel ait tendance à s’accentuer avec l’âge du salarié.e.s., il apparaît que le temps partiel pour des raisons de santé est plus fortement déterminé par la catégorie socio-professionnelle. Ainsi, la pénibilité du poste occupé impacte la santé des salarié.e.s :

Un ouvrier senior à 5.6 fois plus de probabilité d’être à temps partiel pour des raisons de santé qu’un cadre du même âge.

Prendre en compte la pénibilité : un levier de Qualité de Vie au Travail

Les consultant.e.s du Groupe JLO accompagne les structures  dans leur démarche de prévention des risques psychiques et des troubles musculosquelettiques (TMS), facteurs de pénibilité.
Cette approche permet d’inscrire notre intervention dans une démarche globale d’amélioration de la Qualité de Vie au Travail (QVT) et d’agir sur la performance sociale et économique de votre entreprise.

Découvrir la QVT by JLO