Retour en haut
Une offre de formation complète en Ressources Humaines Responsables

La prise de conscience pour comprendre et éviter le burn-out

couverture burn out l'essor

Le journal L’Essor, diffusé dans le Rhône, la Loire et l’Isère, consacre son dernier numéro au BURN OUT. Gilles RIOU, Responsable prévention tertiaire et QVT au sein du Groupe JLO, explique dans une longue interview comment un cabinet comme JLO CONSEIL peut intervenir pour prévenir et/ou soulager les maux du burn-out.

Établir un diagnostic sur mesure

Il peut toucher aussi bien les salariés que les chefs d’entreprise. Il fait de plus en plus de victimes, même sans qu’elles s’en aperçoivent. Il peut pourtant être évité par des mesures de prévention ou alors soigné par un accompagnement adapté …. C’est le burn-out.

« Le burn-out c’est souvent la conséquence de la difficulté de savoir/pouvoir dire « c’est bon j’ai fait mon travail, je peux m’arrêter ». » : Gilles Riou explique que ce sont les PME qui sont les plus particulièrement touchées, surtout celles qui sont en phase de croissance, dont le modèle initial évolue sous la pression de nouveaux marchés.

Le chef d’entreprise peut lui-même présenter des symptômes de burn-out : « Les employeurs ont très souvent un tel sens de la responsabilité qu’ils ne parviennent pas à craquer alors qu’ils sont parfois au-delà du point de rupture. »

Prendre conscience

L’action du cabinet conseil débute alors par une évaluation qui permet la prise de conscience dans l’entreprise :

  • la prise de conscience de l’employeur, qui pourra alors modifier les éléments favorisant le burn out (mesures individuelles ou collectives)
  • mais aussi la prise de conscience de la personne touchée, qui le plus souvent ne s’en rendait pas compte :

« Une personne en burn-out s’est souvent surchargée de travail dans le but de bien faire, en ayant des difficultés à déléguer, en ayant du mal à bien maîtriser le niveau d’objectifs qui pouvait être demandé à ses collaborateurs, et elle s’est enfermée dans une exigence qui n’est pas réaliste. » détaille Gilles Riou.

Lancer les actions

Gilles Riou alerte enfin sur les conséquences démultipliées du manque de prévention : « en termes de coûts, le burn-out c’est du 1 pour 10. Pour 1 € d’économie, vous allez finir par payer 10 € les conséquences d’un burn-out : frais d’interventions/ de consultations, inaptitude, recrutement en urgence, client mécontent, fuites d’énergie de travail etc. Inversement, pour 1 € correctement investi dans la prévention, vous gagnerez 10 € de résultat »

Il conseille alors de prendre la voie de la qualité de vie au travail de façon personnalisée pour chaque entreprise.

Cela peut prendre la forme dans un premier temps d’un accompagnement de type coaching, l’évaluation de l’organisation et du mode de délégations au sein de l’entreprise, ou encore de sensibilisations-formations,  ceci afin de faire évoluer les comportements. La prévention tertiaire peut aussi être nécessaire, en cas de situations plus graves : mise à disposition de psychologues du travail, plateforme d’écoute et de prise en charge …

Mais la prévention passera également par une analyse des ressources humaines orientée Qualité de Vie au Travail, qui allie la performance économique et la prévention du burn-out ainsi que des risques psycho-sociaux de façon plus large : plus d’infos sur http://www.jlo-conseil.com/expertises/qualite-de-vie-au-travail/diagnostic-qualite-de-vie-au-travail

 

Récemment, le Groupe JLO a participé à la rédaction du guide « Prévenir le burn-out » publié par la FIRPS (Fédération Intervenants en Risques Psycho-sociaux) qui contient les bonnes pratiques issu de l’expérience de ses membres, dont fait partie JLO CONSEIL.

 

Télécharger l’article de l’Essor :L’EssorRhoneJLO1305_p8