Retour en haut
Une offre de formation complète en Ressources Humaines Responsables

Le monde du travail freinerait-il les ambitions des femmes ?

La récente étude* de Hays sur la mixité au travail révèle des écarts importants dans l’opinion des hommes et des femmes au sujet de l’égalité professionnelle en entreprise. Ainsi, il apparaît que les femmes sont sous-représentées dans les postes à responsabilité, et n’osent pas faire part de leurs ambitions à leur supérieur.e.s hiérarchiques. Des constats qui mettent en avant le fameux « plafond de verre » qui freine l’égalité professionnelle.

La flexibilité du travail est importante pour 43% des femmes et 31% des hommes, selon l’étude.

Les femmes sous-représentées dans les postes à responsabilité

Bien que la société française progresse en matière d’égalité professionnelle, celle-ci semble loin d’être acquise.  Ainsi, selon l’étude, 87% des personnes interrogées affirment que la plus haute fonction au sein de leur entreprise est occupée par un homme. Et seuls 23% des hommes sondés ont une femme comme supérieur.e hiérarchique.

Des constats qui reflètent aussi des aspirations différentes au sujet de la carrière chez les hommes et les femmes : 12% des hommes considéreraient que leur carrière est réussie s’ils occupaient la fonction de DG / PDG contre 5% des femmes.

Les femmes ont des difficultés à faire part de leurs ambitions professionnelles

Les femmes estiment avoir moins l’occasion de communiquer sur leurs ambitions professionnelles, comparé aux hommes. 40% accordent même peu de confiance à leur supérieur.e.s hiérarchiques quant à leurs possibilités d’évolutions.

Hommes et femmes : une perception différente de l’égalité

En matière d’égalité salariale, les femmes se montrent plus sceptiques que leurs homologues masculins : elles sont 41% à penser que l’égalité salariale est difficile à obtenir… contre 17% des hommes.

Lire notre article sur l’impact de l’égalité professionnel sur le PIB mondial.

Même constat au sujet du congé parental : pour huit femmes sur dix, il impacte les possibilités d’évolutions de carrière, tandis que les hommes minimisent ses effets.
En revanche, hommes et femmes sont majoritairement d’accord sur le fait que le congé paternité devrait être égal au congé maternité.

Une politique Diversité bien accueillie par les salarié.e.s et aux mains des DRH

Parmi les salarié.e.s interrogé.e.s, 55% des femmes et 41% des hommes déclarent que leur entreprise n’a pas mis en place des programmes en faveur de la Diversité. En cause ? Un manque de communication interne sur le sujet ou un non-engagement des entreprises.
Selon les salarié.e.s de l’enquête, il appartient au DRH de favoriser la Diversité au sein de l’entreprise, suivi par le.la Directeur.trice Général.

Dès lors qu’une politique Diversité est engagée, celle-ci est majoritairement bien accueillie par les salarié.e.s.

*Etude de Hays menée entre mars et avril 2017 auprès de 1000 personnes représentatives de la population française.

La Diversité : activateur de performance économique et sociale

Favoriser la Diversité au sein de l’entreprise c’est agir pour la performance sociale de celle-ci, tout en respectant l’obligation légale en la matière (Loi Rebsamen).

Selon JLO Conseil, cet engagement pour la Diversité s’insère dans une démarche globale de développement de la Qualité de Vie au Travail. (QVT)
L’approche QVT de JLO Conseil, et du Groupe JLO, en la matière s’articule autour de 4 axes, dits les « 4M » :

  • Mieux anticiper 
  • Mieux vivre ensemble
  • Mieux se réaliser
  • Mieux travailler 

Découvrez le Groupe JLO et son approche systémique de la QVT