Retour en haut
Une offre de formation complète en Ressources Humaines Responsables

La mesure du retour sur investissement en santé-sécurité au travail

Capture cout prevention santé au travailPour un euro investi en santé sécurité au travail, on estime le retour sur investissement supérieur à 2 euros … Le point sur les chiffres qui ont récemment fait parler d’eux.

Les coûts du curatif et du préventif

Les conséquences d’une mauvaise santé au travail des salariés sont connus : baisse de productivité, arrêts maladie, démotivation, absentéisme, augmentation du turn-over … leurs coûts sont facilement additionnables : Le stress au travail coutait par exemple, entre 1.9 et 3 milliards d’euros en France selon l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail en 2007 (EU-OSHA).

Mais qu’en est-il des mesures prises en amont pour prévenir ces risques ? Le fait de prévenir les risques physiques et psychosociaux au travail est perçu par certains à tort comme une action difficile qui entraine des couts supplémentaires, alors que des données récentes font savoir que l’inverse est vrai : s’engager dans des actions de prévention pour la santé des salariés permet un gain économique chiffrable.

Les recherches viennent de différents pays, couvrent différents secteurs d’activité et utilisent diverses méthodologies, mais il y a une convergence sur laquelle les analystes s’entendent : un euro investi dans la prévention induit un retour sur investissement au-delà de 2.

 

L’étude de l’AISS : un ratio coût-bénéfices de 2,2 

L’Association internationale de la sécurité sociale (AISS) a publié en 2011 un rapport de recherche sur « le calcul du ratio coût-bénéfices de l’investissement dans la sécurité et la santé au travail» fruit de l’interrogation de 300 sociétés dans 15 pays.

Le rapport conclut : les investissements dans la sécurité et la santé procurent des avantages direct en termes microéconomiques, avec un ratio ROP de 2,2. Cela signifie concrètement que les entreprises peuvent espérer un retour potentiel de 2.20 euros  pour chaque euro investi dans la prévention, par année et par salarié.

« Les entreprises ont donc économiquement intérêt à investir dans la prévention. La sécurité et la santé sont une obligation légale pour les employeurs qui est bénéfique pour les employés mais constitue également un facteur de réussite pour l’entreprise. »

 Consulter le rapport pdf : rapport AISS-Return-on-prevention_fr-2011

L’étude de l’OPPBTP : un retour sur investissement moyen de 2,19, dans un délai court et des actions peu couteuses

Souhaitant compléter l’étude de l’AISS, se concentrer plus sur les PME, évaluer les impacts sur tous les postes du compte de résultats, l’OPPBTP* a mené sa propre recherche lancée en 2010, faisant l’objet d’une nouvelle brochure en 2016.

L’OPPBTP* démontre ainsi que : « la prévention a un impact économique chiffrable, elle s’avère souvent rentable et est à la portée de toutes les entreprises, en particulier les TPE, avec des moyens mesurés et sans trop pénaliser la trésorerie. »

Cette solide étude regroupe les données issues de 27 entreprises, couvrant 12 métiers, qui correspondent à 101 cas étudiés, présentés chacun sous forme d’une fiche contenant le contexte de la situation, les chiffres pris en compte (issus de leur compte d’exploitation) et le projet de prévention mis en œuvre.

La somme des calculs de ces 101 cas recensés établit un rapport gain-couts de 2.19 : pour 100 euros dépensés dans une action ayant un effet sur la prévention, l’entreprise retire 219 euros de gains, soit un bénéfice net de 119 euros.

Ce ratio passe même à 2.9 si l’on isole les seules actions visant à supprimer la pénibilité.

La durée de mise en œuvre de l’action pour couvrir l’investissement initial est d’1,5 an (1,2 pour les TPE), ce qui est un point intéressant à souligner. Une fois la prévention mise en place, le retour sur investissement est relativement court, et d’autant plus que la structure est petite. Alors que les coûts induits par la non-prévention s’étalent eux sur un temps indéterminé.

Il n’est pas nécessaire de se lancer dans une prévention forcément lourde : l’OPPBTP* observe qu’un quart des actions de prévention coutent moins de 5000 euros et ont un rendement 10 fois supérieur à la moyenne.

Quant à la taille de l’entreprise, elle influence les résultats, mais pas dans le sens communément admis : les TPE obtiennent le meilleur rendement moyen, soit 3,11. En effet, les conséquences de la prévention sont plus directes dans une structure modeste.

Ajoutons que tous ces calculs sont réalisés sans même compter les réductions de taux de cotisation des entreprises …

Se procurer l’ouvrage relatant l’étude : http://www.preventionbtp.fr/Documentation/Explorer-par-produit/Information/Ouvrages/Une-approche-economique-de-la-prevention-D-apres-101-cas-etudies-en-entreprise

  • 101 cas de prévention illustrés avec bilans chiffrés.
  • La méthode d’analyse et de calcul, développée et appliquée en entreprise.
  • Des enseignements d’ensemble applicables à d’autres entreprises du même secteur (ou même d’autres secteurs) …

La prudence des auteurs de cette étude quant à sa représentativité est juste, mais ne diminue en aucun cas la démonstration chiffrée basée sur une méthode sérieuse et reproductible : « Ces résultats ne sont que le reflet de l’échantillon étudié, ils ne sauraient être extrapolés à toute action de prévention. (…) Les résultats doivent être regardés comme la manifestation d’une preuve par l’exemple, qui concrétise l’intuition que nous partageons avec des entrepreneurs motivés par la prévention. »


L’expertise du Groupe JLO basée sur nos compétences, expériences et applications concrètes

Au sein du Groupe JLO, nous partageons l’idée selon laquelle la performance économique est liée à la performance sociale et sociétale incluant la prise en compte notamment de la santé et de la sécurité des salariés.

Jean Luc Odeyer, Président du Groupe JLO, considère justement qu’ « améliorer la qualité de vie au travail des salariés en faisant évoluer le modèle managérial, RH et organisationnel, c’est aussi contribuer au développement de la performance de l’entreprise.”

JLO CONSEIL est un acteur majeur d’accompagnement des entreprises dans leurs démarches de prévention des RPS ainsi que des risques physiques : Mise en place d’un diagnostic RPS, Sensibilisation à la prévention des RPS, Aménagement ergonomique de postes ou de situations de travail, Mise en place d’un diagnostic ergonomique d’évaluation des risques, Conception ergonomique des bâtiments et projets architecturaux, Accompagnement dans la prévention de la pénibilité au travail

Gilles Riou, responsable d’activité Santé au Travail du Groupe JLO, dans une interview à l’Essor en mai 2016, alertait également sur les conséquences démultipliées du manque de prévention et à l’inverse sur le retour sur investissement possible de la prévention : « en termes de coûts, le burn-out c’est du 1 pour 10. Pour 1 € d’économie, vous allez finir par payer 10 € les conséquences d’un burn-out : frais d’interventions/ de consultations, inaptitude, recrutement en urgence, client mécontent, fuites d’énergie de travail etc. Inversement, pour 1 € correctement investi dans la prévention, vous gagnerez 10 € de résultat. »

Les formations dispensées par les consultants du Groupe JLO portant sur la prévention en santé au travail se présentent sous différentes formes :

  • En plateaux ludo-pédagogiques (« sensikit ») :

Sensibilisation à la prévention des troubles musculo-squelettiques (TMS)

Sensibilisation à la prévention des risques psycho-sociaux (RPS)

  • En e-learning :

Sensibilisation à la prévention des troubles musculo-squelettiques (TMS)

Sensibilisation à la prévention des risques psycho-sociaux (RPS)

  • En présentiel :

Analyser et agir en matière de prévention des TMS

Construire et mettre en œuvre une démarche de prévention des TMS

Prévention des risques liés au travail sur écran

 

En interne également, le Groupe JLO s’applique une démarche globale de prévention des risques en matière de Santé et Sécurité.

En 2015 et 2016, les actions suivantes ont été mises en œuvre au sein du Groupe JLO :

  • module de sensibilisation aux bonnes pratiques « santé et sécurité au travail » pour l’ensemble des collaborateurs
  • formation conduite responsable pour les collaborateurs effectuant de longs trajets sur la route
  • formation à la sécurité incendie et manipulation des extincteurs pour l’ensemble des agences
  • blocage des messageries le soir et le week end
  • travaux de mise en conformité des installations électriques des agences du Groupe
  • lancement de l’enquête interne Qualité de vie au travail, évaluant notamment le risque RPS
  • réaménagement de l’agence de Paris en vue d’améliorer les conditions de travail
  • ouvertures des agences de Toulouse et Lille, déménagement de l’agence de Bordeaux : diminution des déplacements routiers, rapprochement des commodités des centres villes.

 

*OPPBTP : Organisme Professionnel Prévention Bâtiment Travaux Publics

Publié le 2 août 2016 - Etudes,Prévention des risques