Retour en haut
Une offre de formation complète en Ressources Humaines Responsables

« Le physique de l’emploi » d’après une étude du Défenseur des Droits

photo affiche baromètre -appar-phy-v3-défenseur des droits

Le Défenseur des droits et l’OIT (Organisation internationale du travail) présentent les résultats de la 9e édition du Baromètre sur la perception des discriminations dans l’emploi qui décrit le sentiment de discrimination des chercheurs d’emploi sur les critères d’apparence physique.

Bien que cette étude porte uniquement sur les perceptions des chercheurs d’emploi, elle donne une vision des perceptions des discriminations vécues par les victimes sur « la notion d’apparence physique« .

Au total, 8% des chômeurs de l’échantillon déclarent avoir été discriminés à l’embauche du fait de leur apparence physique (10% des femmes et 6% des hommes).

  • Les femmes sont beaucoup plus victimes des clichés de l’apparence physique que les hommes : les discriminations à l’embauche liées à l’apparence physique sont rapportées presque 2 fois plus par les femmes que les hommes.
  • L’obésité et le sur-poids sont les premières causes de discrimination ressentie par les chômeurs et de manière plus marquée chez les femmes.

L’étude rapporte : « Toutes choses égales par ailleurs, les femmes obèses rapportent 8 fois plus souvent que les femmes d’IMC «normal» avoir été discriminées à cause de leur apparence physique. Et les femmes en surpoids rapportent 4 fois plus souvent avoir été discriminées à cause de leur apparence que les femmes ayant un IMC « normal » »

  • Le style vestimentaire est également étudié dans l’enquête : Les femmes ayant un style atypique rapportent 8 fois plus que les femmes ayant un style classique ou décontracté avoir été discriminées à raison de leur apparence physique.

Ainsi, les discriminations rapportées sont majoritairement en lien avec l’apparence corporelle (plutôt que vestimentaire).

Le baromètre du défenseur des droits conclue :

« Le critère de l’apparence physique semble bien être un critère à part entière qui a toute sa place parmi les motifs de discrimination juridiquement prohibés. Le critère de l’apparence physique est peu mobilisé dans la jurisprudence et peine à trouver son utilité et son autonomie. Néanmoins, si ce critère semble avoir été introduit dans la loi dans le but de lutter contre les discriminations liées à la couleur de peau, il apparaît avoir pris une dimension qui lui est propre dans la perception des personnes qui s’en réclament. »

Le défenseur des droits publie à cette occasion un dépliant à l’attention des employeurs et des potentielles victimes de discriminations sur le physique et l’apparence : depliant-app-phy-web

Il rappelle :

-Il y a discrimination lorsque vous êtes victime d’un traitement défavorable à cause de votre apparence corporelle :

  • Recrutement (stage, concours, entretien d’embauche) : « Pas assez beau pour vendre ».
  • Carrière (rémunération, promotion) : « Sa tête ne me revient pas ».
  • Au quotidien (harcèlement moral, propos humiliants) :«Ça va la baleine ?», «Salut gros lard»…

-Dès l’embauche, votre employeur peut vous demander de modifier votre apparence vestimentaire, mais uniquement s’il le justifie au regard de l’emploi que vous occupez ou pour lequel vous postulez.

 

Une description supplémentaire des discriminations à l’embauche sera bientôt mise en œuvre, cette fois-ci mesurée grâce à un testing à grande échelle auprès des employeurs, organisée par le gouvernement … nous y reviendrons prochainement.

Le cabinet JLO CONSEIL accompagne les entreprises publiques ou privées dans la lutte contre les discriminations : plan d’actions en faveur de la diversité, accompagnement au recrutement, formations sur la diversité, …

 

Photo extraite de l’affiche Baromètre Défenseur des droits / OIT – Apparence Physique

 

Publié le 24 février 2016 - Actualités,Diversité