Retour en haut
Une offre de formation complète en Ressources Humaines Responsables

Le burn-out sous les projecteurs de la vie politique

Capture burnoutMal défini, sans quantification officielle, concerné par les 2 ministères de la santé et du travail, le « burn-out » fait l’objet en ce moment d’initiatives politiques visant à mieux le définir, le connaître, … pour mieux le reconnaître ?

 Deux initiatives politiques récentes

1- le député socialiste Benoît Hamon, a déposé mercredi 17 février une proposition de loi demandant la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle

La proposition de loi de Benoît Hamon signée au total par 83 députés de gauche (socialistes et écologistes) suggère précisément de faciliter l’instruction et la reconnaissance individuelle des cas d’épuisement professionnel par les comités régionaux de reconnaissance des maladies professionnelles. En effet, l’inscription directe au tableau des maladies professionnelles demanderait l’accord des organisations syndicales, ce qui n’est pas envisagé.

2-la ministre de la santé, Mme Marisol Touraine, a annoncé quelques jours plus tard la mise en place d’un groupe de travail réunissant médecins, experts et chercheurs pour définir « médicalement le burn-out et la manière de le traiter ».

« Il est temps de regarder les choses en face. La souffrance au travail, c’est une réalité que l’on ne peut plus escamoter », a estimé dimanche 21 février Marisol Touraine, lors de l’émission « Le Grand Jury ».

Un débat sur les termes et sur les moyens d’action

Précédemment, la commission psychiatrie et santé mentale de l’Académie de Médecine précisait son point de vue, qui n’est pas du tout dans le sens d’une reconnaissance :

« En l’état actuel, le burn-out ne peut pas être un diagnostic médical.  Il existe une réalité qui mérite l’attention, il faut des recherches pour borner cette notion. » Pour l’heure, « légiférer serait extrêmement périlleux », considère Jean-Pierre Olié de l’Académie de Médecine.
Le débat reste donc entier sur ce qu’on entend par le terme « burn-out » : son ampleur, ses causes, ses effets ou encore les facteurs de risque.

La ministre de la santé a ajouté à son annonce de création de groupe de travail : « et après, la ministre du Travail verra ».

Effectivement, le ministère du Travail étudie également le burn-out et a sorti un guide en mai 2015 intitulé « Le syndrome d’épuisement professionnel ou burnout-mieux comprendre pour mieux agir- guide d’aide à la prévention »

 

La reconnaissance des pathologies psychiques

Les « pathologies psychiques », quant à elles, poursuivent leur parcours législatif. L’article 27 de la loi 2015-994 du 17/08/2015 relative au dialogue et à l’emploi sur le dialogue social adoptée définitivement en juillet 2015 permet aux « pathologies psychiques » d’être reconnues comme maladies d’origine professionnelle, par le biais d’une démarche individuelle, même si celle-ci est souvent décrite comme laborieuse. (voir notre article du 28 aout dernier sur la reconnaissance des maladies psychiques)

Les décrets d’application de cette loi concernant les « Modalités spécifiques de traitement des dossiers relatifs aux pathologies psychiques qui peuvent être reconnues comme maladies d’origine professionnelle» devraient sortir durant le 1er trimestre 2016.

Pierre Manificat, responsable en accompagnements individuels chez JLO Emploi, rappelle que les troubles psychiques ne doivent pas être un frein à l’employabilité ou au maintien dans l’emploi des personnes touchées. L’impératif pour les entreprises est de trouver des solutions et anticiper les décalages de performance.

Ainsi, les experts de JLO EMPLOI  (psychologues du travail, coachs certifiés, psychologues cognitifs, consultants) travaillent au plus près des acteurs de terrain en ce qui concerne les troubles psychiques : Diagnostic de situation, accompagnement individuel du salarié, du manager et du collectif, formation sensibilisation au handicap psychique. Depuis 2013, plus de 80 personnes en situation de handicap psychique ont été accompagnées par JLO EMPLOI.

D’autre part, JLO CONSEIL, acteur majeur de la santé au travail, œuvre auprès de ses clients pour la mise en place d’actions visant à prévenir la dégradation de la santé des salariés et l’émergence des risques professionnels. Consulter l’offre du cabinet : http://www.jlo-conseil.com/expertises/prevention-rps.